Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Article publié depuis Overblog et Facebook

Publié le par Fabie

Hé, je crois que j'ai fini mon tour . Le tour des mots j'entends ! Je vous en ai donné, tous ceux que j'avais sous les cheveux et leur floraison est à l'inverse de celle des fleurs et fruits de nos contrées. Il me faut de l'air maintenant , et puis ne plus user l'écran blanc et puis c'est la douceur qui arrive, des jours clairs ou gris ... On peut toujours dire qu'à reposer un peu, le vin sera meilleur ! Buvez donc ( à ma santé !!) les crus bien mûrs et profitez de vos bonheurs, petits ou grands.

D'a ch'enta, à la prochaine fois. Je vous embrasse bien fort .

Fabie

Partager cet article
Repost0

Hé, l'eau !

Publié le par Fabie

Hé, l'eau !

Hé l'eau, l"eau, l'eau ! J'en ai vu de l'eau, des mers, un océan, des quais , des ports, des docks ... Toutes les couleurs du ciel et toutes les lumières du vent qui frise les vagues, sans parler des ors du Commandant, de la blancheur du tablier du chef des cuisines et des joues rosies par la palette des vins !

Oui mais quel bonheur de découvrir le jardin au retour ! Débordant de fleurs, d'herbe haute et de senteurs oubliées. Regarder par la fenêtre et se dire qu'il n'y en a pas pour longtemps d'avoir l'œil tant régalé. Aller au champ de son cœur pour y loger la glycine, le lilas, la giroflée et les iris. Mais aussi la coquelourde, les toutes premières roses... Sans parler de celles dont je ne connais pas le nom . Alors je dis oui au printemps du mois de Mai, j'avais oublié depuis l'an dernier !

Hé l'eau ! Dis, quand te réchaufferas-tu ?

Partager cet article
Repost0

La tête et les jambes

Publié le par Fabie

La tête et les jambes

Et les rouages du temps n'en finissent jamais de tourner. Même si la vie va à cent à l'heure, avec des tas d'obligations dans tous les sens, par derrière avance l'horloge de son pas immuable :"tic, tac", qui entraîne une autre roue à un moment donné, qui en entraîne une autre à son heure...

Peut-être que Dieu super-héros est un cycliste musicien : sans hâte et sans lenteur il conduit la bicyclette des jours et là où le ciel est plein de vide il écrit sa partition entre les fils effilochés de la trame de l'univers. Il est inusable, la tête au-delà des étoiles, les jambes montées sur des ressorts. Ou alors, comme les Shadoks, il n'arrête pas de pomper pour maintenir le système en ordre de marche avec tous ses rouages tout en fredonnant : Somewhere, over the rainbow .

Enfin bref, qui a remonté la pendule (réflexe ancien) ou qui change la pile ? Là commence le mystère et on s'y cogne les méninges !

Heureusement les occasions sont quand même nombreuses de penser à autre chose. Appeler de tous ses vœux la douceur de l'air par exemple ...

Partager cet article
Repost0