Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

À table !

Publié le par Fabie

À table !

Tout est une question d'éclairage !

J'ai été surprise l'autre jour, en toute fin d'après-midi, par la lumière tout à fait rare qui baignait la ville. Je roulais sur un trajet usuel mais rien n'était comme à l'accoutumée. Un vrai décor de film, avec des contrastes incroyables qui mettaient en valeur des éléments différents de ceux sur lesquels l'œil s'arrête d'habitude. Les grues étaient frappées d'éclats de soleil abrupts qui les rendaient somptueuses, reines libres flamboyantes et menacées. Le temps était à l'orage, venté, et j'ai ressenti très fort la densité de l'ambiance cataclysmique. Comme j'étais au volant, mon envolée lyrique a vite atteint son paroxysme ...

De retour à la maison, j'étais encore toute remplie de ces visions si peu probables et n'eus de cesse que de courir de fenêtre en fenêtre pour tenter de suivre le flamboiement jusqu'à son terme .

"À table !". Voilà, ça s'est terminé comme ça . Nez en moins, néant moins, voilà qui souligne toute l'importance de l'éclairage donné aux choses, dans tous les sens du terme.

La nuit, je ne sais pas ...

Partager cet article
Repost0

Vive les fruits !

Publié le par Fabie

Vive les fruits !

Donne-moi le ciel, je te donne un oiseau.

Donne-moi l'oiseau, je te donne une branche.

Donne-moi la branche, j'y accroche des feuilles.

Donne-moi une feuille, je te donne le fruit.

Tu y mords à pleines dents,

Tu te penches en avant -hé, le jus coule !

La fourmi fait son tour par l'odeur alléchée.

Prévient la troupe qui rapplique,

Dérangeant le serpent endormi.

Il se glisse jusque là en maugréant.

On n'a même pas eu besoin de lui

Pour goûter la pêche toute gorgée de lumière !

Rendez-vous manqué

Avec l'histoire ...

Depuis lors il ne sourit presque plus.

Et l'oiseau s'est cogné à la vitre ensoleillée,

Croyant rejoindre le ciel.

Alors il est reparti sur la branche

Où l'attend sa moitié

-du jour ou de toujours ?

Allez savoir avec les oiseaux ...

Le ciel est vraiment tout près !

Partager cet article
Repost0

Que la nuit recule !

Publié le par Fabie

Que la nuit recule !

C'est le Printemps, c'est écrit dans le calendrier. Et dans les éphémérides, on voit que ça s'est produit à 4h 31 dans la nuit de samedi à dimanche. Si la terre n'était pas inclinée sur son axe, un peu penchée, il n'y aurait pas de saisons. Le soleil se lèverait et se coucherait toute l'année au même endroit, pile à l'Est et à l'Ouest. Mais, pour de vrai, le Soleil, pendant 3 mois aura une course de plus en plus longue dans le ciel. Jusqu'à atteindre son zénith le 21 Juin.

Oui mais voilà que c'est aussi, pour la religion catholique, la semaine sainte qui commence, pour aboutir au dimanche de Pâques, en passant par le Vendredi Saint, le jour où Jésus a été accroché à une croix avec deux autres copains. On ne sait rien sur les dernières paroles qu'ils ont échangées entre eux. Et puis, trois jours après, il ressuscite. Et pas les autres !

Bon. On peut quand même noter que l'espoir, à Pâques, renaît en même temps chez les catholiques et chez les amoureux des fleurs et de la lumière . Car la nuit recule .

Mais tout ça c'est du blabla ... Depuis le début de ce billet commencé lundi, il y a eu des attentats... Nous aussi, on aura connu la guerre. Une autre boucherie mais qui prive les victimes de tout héroïsme. Ils étaient là, c'est tout.

Et ce ne sont pas des actions dictées par un impérialisme de la foi d'un groupe contre ce qu'ils considèreraient comme des impies, des dévoyés. Ce que je, nous, croyions au début. Non, il s'agit d'un appétit tout à fait prosaïque, terre à terre, c'est le cas de le dire, pour établir un nouvel état sur des territoires appartenant à d'autres.

En fait, je ne fais que redire ce que j'ai entendu sur France-Inter. Je n'ai aucune compétence en géopolitique.

Qu'est-ce-qui peut contrecarrer de tels appétits de pouvoir ?

D'abord organiser un grand mariage entre les dieux. Un mariage de respect, de raison. Pour l'amour, on verra plus tard. Et puis supprimer les frontières. Sans frontières, les litiges territoriaux vont tomber, non ? Et puis donner à manger à tout le monde. Et puis éduquer, éduquer, éduquer...

J'ai fait un rêve !

Partager cet article
Repost0

Semelles

Publié le par Fabie

Semelles

Semelles de plomb, semelles de vent ...

Marcher sur l'eau, ça peut encore se concevoir mais marcher en l'air, sur un tapis de brise, voilà qui serait ravissant, surtout si l'on était un tant soir peu dénudés, pour sentir sur la peau la caresse du ciel, le souffle des masses océaniques ou des tourbillons sous les orteils et la voûte ... qui nous plante plus ou moins bien sur le plancher, le carrelage, l'ardoise ou le sable .

J'ai assez peu confiance en la position debout, sur terre, étant à la merci de tout obstacle imprévu ou mal vu. Car, oui, la pesanteur est notre lot : tout ce qui est pèse. Notre corps en premier lieu. Mais qu'est-ce-qu'il est embarrassant , ce corps ! Et paradoxalement, le lester peut parfois le rendre plus stable, malgré ou à cause du ralentissement que cela occasionne.

L'eau, pourquoi pas ? Pieds nus -ou pas. De plus en plus souvent on peut rencontrer des baigneurs à semelles translucides, au bord de la mer (attention cailloux) ou en piscine (attention verrues). De toutes les matières, en tout cas, c'est l'eau que je préfère. Sans semelles. et en immersion. Je serais bien capable, sinon, de trébucher sur une vague ...

Si jamais vous êtes très, très, très impatients de savoir quand je pointe le bout de mes mots, vous pouvez vous abonner en cliquant à droite à l'endroit où vous est proposée cette option.

Je me suis moi-même abonnée et je peux ainsi me lire à ma guise !

Partager cet article
Repost0

Retour

Publié le par Fabie

là où finit la terre !

là où finit la terre !

Je reviens d'une île.

Nous (je pourrais dire "on")

... étions à Oléron !

Une île aux tuiles rondes, pas très loin de la terre. Le pont est suffisamment long, suffisamment courbe pour isoler le territoire et qu'on se sente ailleurs.

À l'aller déjà, j'avais vite été dépaysée. Sur la route à autos ou serait-ce une autoroute ?, nous avions croisé un camion qui venait d'Irun, un cirque italien multicolore, deux camions transportant chacun un mât d'éolienne. Rien que des choses inhabituelles .

En partant il avait fallu repousser le ciel bas et gris de toutes nos forces pour réussir à s'extraire. Et puis, passée la Loire, ça y était, le monde et ses beautés nous appartenait ! Je retiens surtout la couleur vert glauque dans les rayons de la fin de l'après-midi, des petits étangs tout au long de la route. Étaient-ce des marais salants ?

Deux jours seulement mais des tas d'expériences inédites :

- faire du tandem .

- prendre un sauna .

- découvrir le bout de la ligne .

- être privé de la visite du phare pour cause de vent supérieur à 70 km/h .

- et puis être aux premières loges pour voir la police scientifique faire des investigations dans un centre d'accueil où on aurait retrouvé le corps d'une femme disparue il y a quelques semaines ...

Que d'aventures, mâa !

Le chemin du retour fut un peu moins clément, sans lumière du ciel puisqu'il a fallu attendre que le compteur marque 53000 km pour voir une éclaircie. Pendant 30 km ...

Partager cet article
Repost0

Entre deux jets de vapeur

Publié le par Fabie

Entre deux jets de vapeur

C'est drôle le blog ! Si je ne fournis pas de nouvel article, pas ou très peu de visites..Action, réaction. Normal. Mais, en tout, depuis le début, ça dépasse les 1000 visites !

Je ne sais pas si mon désir de dire est encore aussi fort, c'est-à-dire que les mots ne sont plus là à se bousculer au portillon : "Non, là c'est à moi, laisse-moi passer. Allez, pousse-toi !" mais j'ai toujours du goût à entrer en contact avec vous .

Quand mes enfants étaient encore à la maison , ce sont les moments de repassage qui étaient le plus propices à laisser s'envoler les pensées . Entre deux jets de vapeur, repasser en revue des événements, des raisonnements, des expériences, des paroles dites ou entendues, plonger dans les images du souvenir ou du à venir, se brûler, pester, penser à une chanson, à une course à faire, à l'heure qui tourne, se laisser distraire par l'oiseau sur la branche, et se dire qu'on finira plus tard ...

Les enfants sont partis et je crois qu'il leur arrive de se servir d'un fer à vapeur. Maman ne repasse plus mais moi je le fais de temps en temps et ça reste un bon moment pour une parenthèse en blanc et en couleurs !

Partager cet article
Repost0

Parfois

Publié le par Fabie

Parfois

Il suffit parfois d'aller de l'autre côté ...

De la route, du pont, du ruisseau. Changer de sens, de direction. Changer d'yeux ...

Pour voir le chemin des fleurs ou des couleurs, pour prendre ses ailes à son cou, sentir ses mille bras, ses dix mille doigts ou bien sa tête en chocolat -si on aime ça !

Voler sur son édredon, être la reine des camions ( ou le roi des bicyclettes ), sauter d'un seul bond comme Raphaël et puis dormir dans les draps d'un champ soyeux sans ondes magnétiques ... On se repose quand même mieux !

J'ai entendu à la radio qu'il existe maintenant des hôtels sans connexion. C'est la toute dernière nouveauté, pour tester sa capacité à vivre sans réseau virtuel .

À bientôt et bises et bises.

Partager cet article
Repost0