La duplicité du chou rouge

Publié le par Fabie

La duplicité du chou rouge
La duplicité du chou rouge

J'adore la couleur du chou rouge. Ou plutôt les couleurs. Tout d'abord, quand on l'achète, il n'est pas rouge mais violet . Si on l'effeuille (ce n'est pas facile!), la densité de la couleur s'allège un peu. Et lorsqu'on le cuit -à la vapeur ou à l'eau- la couleur change encore. Mais c'est surtout la couleur de l'eau recueillie à la cuisson qui me ravit : c'est un bleu mauve d'une grande transparence que j'ai essayé de fixer sur du papier en le faisant tremper dedans mais le résultat fut pitoyable ! Il aurait fallu une concentration de pigments beaucoup plus importante ...

Ça me rappelle un livre qu'on m'avait offert dans les années 70 et que j'avais découvert avec un lent émerveillement -je sortais tout juste de limbes post-traumatiques. J'ai oublié le titre mais ça se passait à une certaine altitude où le couple dont il était question ramassait des plantes pour en faire des teintures. C'était calmement passionnant ! Au fait, peut-être que vous connaissez ce livre et que vous pouvez m'en rappeler le titre ...

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
D
Je comprends ton goût des couleurs, cela peut être un ravissement. J'aime décliner les nuances d'une seule couleur et c'est ce que tu as fait.<br /> Tu parles d'un livre dont tu aurais oublié le titre. Ne serait-ce pas Bambois ou la vie verte?<br /> Bises ma Fabienne
Répondre
F
Merci Christine, c'est bien ce livre là!